Article(s) du jour

Bienvenue à ceux qui bossent.

Il est clair et bien compréhensible que ceux qui travaillent n’ont guère le temps de lire suffisamment. C'est pourquoi, nous présentons (au moins) un article par jour afin de comprendre, au fil du temps, les méandres et les subtilités de la géopolitique.

Pour débuter

On déroule


Les manipulations mentales de plus en plus efficaces vont changer la démocratie. Les formes pittoresques et désuètes – élections, parlements, cours suprêmes, et. – seront conservées. Ça sera un nouveau totalitarisme. Toutes les appellations traditionnelles, tous les slogans sacrés resteront en place... La démocratie et la liberté seront les thèmes de toutes les émissions radiophoniques et de tous les éditoriaux. Pendant ce temps, l'oligarchie régnante, ses soldats d'élite, sa police, ses industriels avisés et ses laveurs de cerveaux pourra tranquillement mener les affaires à sa convenance.

Aldous Huxley, Le Meilleur des Mondes, 1931

Discours officiels

Ces discours, vous les connaissez, ils sont rabâchés (de la même façon) toute la journée sur tous les médias. Ce que nous proposons ici, c'est d'avoir non pas des certitudes, mais des éléments de réflexion, car pour se faire une idée des évènements il faut lire plusieurs point de vue. Et ce n'est pas en écoutant les "médias officiels" que vous pourrez en avoir !

Destruction de vérité

Août, vacances, chaleur, fatigue… Je laisse le célèbre journaliste états-unien John Swinton occuper cet espace du Grand Soir. Le 25 septembre 1880, lors d’un banquet à New York où on lui proposa de porter un toast à la liberté de la presse, il a déclaré : Il n’existe pas, à ce jour, en Amérique, de presse libre et indépendante. Vous le savez aussi bien que moi […] Le travail du journaliste est la destruction de la vérité, le mensonge patent, la perversion des faits et la manipulation de l’opinion au service des Puissances de l’Argent. Nous sommes les outils obéissants des Puissants et des Riches qui tirent les ficelles dans les coulisses. Nos talents, nos facultés et nos vies appartiennent à ces hommes. Nous sommes des prostituées de l’intellect. Tout cela, vous le savez aussi bien que moi !
Théophraste R. (Bronzeur moutonnier).
Source : Le Grand Soir

Les articles en anglais ou en d'autres langues peuvent être traduits dans de bonnes conditions par le navigateur Firefox (ou d'autres) en ajoutant un plugin.

Semaine



Mercredi 20 Février 2019
Lire résumé
Rédigé par Patrick REYMOND Les ménages, ont vu leurs budgets écrasés sous la pression des dépenses contraintes. Logement et charges attenantes sont passées de 9 % à 25 % du budget des ménages, et globalement, elles représentent 75 % du budget d'un couple avec 2 salaires. En 1970, c'était 50 % des revenus d'un couple avec le seul salaire du mari... On voit la dérive. Et aussi, en France, l'écrasement de l'autre source de revenus, les allocations familiales, devenues l'ombre d'elles mêmes. Ce qui ne peut être caché, c'est la montée sans raison autre que de manipuler des millions de la rente immobilière. S'il y a meilleure qualité, il y a aussi, clairement, une inflation non justifiée dans les dépenses contraintes. En gros, le poids de l'oligarchie. En 1970 aussi, la dépense automobile était largement une dépense de loisir. Le développement de l'automobile sous giscard-pas-d'estaing, c'était pour promouvoir la précarité. Mettre le merdier ou le laisser s'installer dans des quartiers HLM calmes, c'était pour forcer la population solvable à partir dans le secteur privé. Toutes les théories du complot venu d'en haut, à mon avis, sous estime un fait. La précarité/paupérisation, emportera aussi les régimes et les riches. La meilleure preuve en est le merdier qui s'installe, globalement, aux USA, et les lubies des états profonds, ne résisteront pas longtemps à la réalité. Tous les états qui ont abandonnés leurs classes "moyennes", se sont rétractés, dans leurs fonctions, et territorialement, aux profits d'autres, ou de nouvelles entités. De plus, que vaut une autoroute privatisée, une fois qu'il n'y a plus de voitures qui passent dessus ? Comme ce parking marseillais, qui n'était plus tenu que par des locaux, parce que la société fermière avait fichu le camp. Il est clair aussi que 80 000 bleus pour taper sur les jaunes, ce n'est pas une politique qui peut perdurer. Cela peut être durable sur les limbes de l'empire, mais pas dans son centre. Et certainement pas quand le noyau du noyau, quelques villes, sont à leur tour, susceptible d'être secouées par des émeutes. En attendant, d'être, à leur tour, touchées par les problèmes de décroissance économique. Le poids déraisonnable de l'immobilier dans ce cadre là, c'est l'exemple de la commune de Bolbec qui prend en charge un temps tout ou partie des loyers des commerçants pour revivifier le centre ville, tout en négociant avec les propriétaires, des baisses. En 1945, comme je l'ai souvent dit, celui qui n'avait pas d'argent pouvait ouvrir un commerce facilement. les loyers étaient bas, les dépenses contraintes peu développées. En 1945, le RU avait notablement augmenté ses dépenses de santé, qui atteignaient 3 % du PIB. Les appétits étaient différents, les attentes modestes. Le Yacht des chirurgiens n'étaient pas dans la liste. Quand l'espérance de vie atteignait 50 ans, ce n'était pas la faute des médecins, ils n'y étaient pas pour grand chose. Ils signaient, surtout, les avis de décès. C'est l'amélioration globale de la nourriture, des conditions de vie, notamment du traitement de l'eau, les découvertes et peu coûteuses, comme la vaccination, qui ont améliorées celle-ci. A l'instar des complexes militaro industriels, les médecins ne soignent pas pour guérir, mais pour prolonger éternellement les maladies. C'est plus rentables. Surtout avec les médocs qui passent de 1 $ à 14 puis, 800. Il est clair que dans tous les phénomènes économiques, quand on les pousse à bout, il y a chavirement. je suis sûr que les loueurs des centres villes en déshérence se lamentent, parce qu'ils ne trouvent plus à louer une fois les baux terminés. Mais de là à baisser leurs exigences et leurs prix... Le bout du bout, c'est que les loyers commerciaux tombent à zéro, parce qu'il n'y aura plus un commerce ouvert... La logique de certains, totalement fermée à toute logique, est aussi visible dans le politique. 7 députés travaillistes viennent de démissionner du parti (pas de leurs lucratives sinécures, comme ils devraient aussi le faire en toute logique) : "Les sept dissidents veulent « ramener aux politiques du passé, aux programmes de privatisation, de réduction d’impôts pour les riches et de dérégulation pour les banques, a raillé Laura Parker, l’une des responsables de Momentum, faisant allusion au recentrage du New Labour de Tony Blair, au pouvoir entre 1997 et 2010, aujourd’hui impopulaire. Ils n’offrent aucune solution et n’ont aucun soutien dans l’opinion »." Le gouvernement canadien, lui, n'est pas tenu d'écouter la population... Sans commentaires. Là aussi, comme les 7, ils ont dans la croyance et la foi, pas dans le réel. Les députés français, eux, voient leur retour au réel se confirmer. Apparemment, les menaces sont légions. Ils ont eu, finalement, ce qu'ils méritaient. A force d'autisme et de mépris, ils vont se retrouver dans la situation des fermiers généraux en 1794. Exécutés en blocs, avec leur famille (en fait, selon Braudel, c'en était une seule). L'histoire est un éternel recommencement. Parce que l'expérience de la vie n'éclaire que le chemin déjà parcouru, et ce qui s'est passé il y a 8 ou 10 générations, plus personnes ne s'en souvient. Un jour, sur un forum, j'avais essayé de lancer une discussion sur la vie quotidienne en France sous l'occupation. Bide total. Personne ne savait de quoi je voulais parler. Sous la grande politique, la petite. La petite, c'est ce qui fait le soubassement de la grande.
Mots clés : Ref capitalisme contraintes-financières pauvreté


Mardi 19 Février 2019
Lire résumé
Lisez aussi les commentaires de cet article. https://strategika51.blog/2019/02/16/france-psyop-en-cours-pour-transformer-la-contestation-sociale-en-mouvement-terroriste/
Mots clés : Ref capital repression tactique


Lundi 18 Février 2019
Lire résumé
« Je ne veux plus, d’ici la fin de l’année, avoir des femmes et des hommes dans les rues, dans les bois, ou perdus. » déclarait notre Jupiter fraîchement élu le 27 juillet 2017. Le téléspectateur ou lecteur normalement constitué pouvait interpréter ces propos comme une promesse d’offrir un toit aux plus démunis. C’est du moins ce que nous suggère en la circonstance notre bon vieux sens commun. Ce dernier, malheureusement, se trouve le plus souvent inapte à saisir l’intention profonde sous la permanente ambiguïté verbale d’un psychopathe. Car cet engagement pouvait tout aussi bien annoncer, sans ambages, la déportation pure et simple des sans-abris, sans que le bon peuple y voie malice… Vous trouverez peut-être ce contrepied délirant ou paranoïaque. Il illustre néanmoins à merveille la double-pensée si caractéristique du discours présidentiel.
Mots clés : Ref Rothschild d’État effondrement gangsters


Dimanche 17 Février 2019
*Huawei, la 5G et la Quatrième révolution industrielle
Lire résumé
Ou comment se tirer dans les deux pieds avec une seule balle La France en retard, comme les USA et GB, par contre la DB avance doucement. Les opérateurs de téléphonie mobile du monde entier sont en compétition pour le passage à la 5G qui permettra le développement des véhicules autonomes, de la réalité virtuelle et des villes connectées. Cela ne concerne pas quelques millions de terminaux, mais bien des milliards de terminaux qui seront à connecter sur le même réseau. Les pays qui seront les premiers entrants dans le marché de la 5G auront un avantage compétitif d’au moins dix ans. Ils peuvent s’attendre à bénéficier d’avantages disproportionnés en terme d’impact macroéconomique en comparaison avec ceux qui prendront le train en marche. Le plan quinquennal chinois prévoit d’investir 400 milliards supplémentaires dans la 5G, ce qui créera un tsunami technologique qui placera les autres pays dans une position de retard impossible à rattraper. Entrons dans la quatrième révolution industrielle
Mots clés : 5G Quatrième industrielle révolution téléphonie

Samedi 16 Février 2019
*Le Venezuela et ses voisins peuvent-ils survivre à la guerre qui s’annonce ?
Lire résumé
(Ref)
La crise qui déstabilise le Venezuela, comme celles qui commencent au Nicaragua et à Haïti, doit être analysée pour y faire face. Thierry Meyssan revient sur les trois hypothèses interprétatives et argumente en faveur de l’une d’entre elles. Il évoque alors la stratégie des États-Unis et la manière de l’affronter.
Mots clés : Guerre Ref US Venezuela stratégie

Vendredi 15 Février 2019
*La mort du traité INF
Lire résumé
(Ref)
Victoire de la Russie, Waterloo de l’Amérique Le 1er mars 2018, le monde a appris l’existence des nouveaux systèmes d’armes de la Russie, qui seraient fondés sur de nouveaux principes physiques. S’adressant à l’Assemblée fédérale, M. Poutine a expliqué comment ils en sont arrivés là : en 2002, les États-Unis se sont retirés du Traité sur les missiles anti-balistiques. À l’époque, les Russes ont déclaré qu’ils seraient forcés de répondre, et on leur a essentiellement dit « Faites ce que vous voulez ».
Mots clés : INF Ref Traité armements défense

Jeudi 14 Février 2019
*Les USA : un État voyou, au service de son économie
Lire résumé
La classe possédante française prend soudainement conscience de l’usage économique que les États-Unis font de leur système judiciaire. Depuis 1993, le secrétariat au Commerce a créé un Trade Promotion Coordinating Committee et un Advocy Center, directement relié aux agences de Renseignement. Plus récemment, le secrétariat à la Justice a interprété les lois de son pays pour étendre son pouvoir à l’étranger et l’exercer avec les autres administrations dans l’intérêt de ses grandes sociétés. De facto, les procès engagés contre des entreprises européennes n’ont aucun rapport avec des délits commis. Ils sont en réalité conçus soit pour les pousser à la faillite, soit pour permettre leur rachat par des sociétés US.
Mots clés : US voyou économie

(Ref) = Important

Rester en contact

Code de sécurité

Ne nous inondez pas de mails et de demandes, on n'arrivera pas à suivre !