Au sujet de

Ces discours, vous les connaissez, ils sont rabâchés (de la même façon) toute la journée sur tous les médias. Ce que nous proposons ici, c'est d'avoir non pas des certitudes, mais des éléments de réflexion, car pour se faire une idée des évènements il faut lire plusieurs point de vue. Et ce n'est pas en écoutant les "médias officiels" que vous pourrez en avoir !
Il ne suffit pas de s’informer, ils faut s’impliquer !
« Dans une période de tromperie universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire. » (George Orwell). Si le fait de révéler un crime est considéré comme un crime, c’est que vous êtes gouverné par des criminels.

Ici, on ne dépose pas de cookies. On ne marque ni ne prend sur votre ordinateur.


Nous tentons, de donner à ceux qui travaillent, et qui, nous le comprenons fort bien, n'ont pas tout leur temps pour eux, une information ciblée sur l'essentiel de la géopolitique , qui interprète une autre musique que celle diffusée par les médias nationaux. En effet, lire d'autres points de vue permet de se faire une autre idée des évènements. Ainsi, vous pourrez vous forger votre propre idée.

Semaine
» en cours « » précédente «

JEUDI 22 AOûT 2019
De peur qu’on n’oublie
L’amnésie occidentale à propos du rôle soviétique dans la victoire de la Seconde Guerre mondiale présente des aspects inquiétants…
Mots clés : Baltes Guerre Russie Soviétiques nazi

JEUDI 22 AOûT 2019
Le banquier éborgneur et le mythe de la baisse du chômage
Le chômage augmente pratiquement partout en Europe, sauf en France où il est baisse. Puisque c’est BFM-TV qui le dit…
Mots clés : Chômage enfumage macron travail

MERCREDI 21 AOûT 2019
Napoléon Bonaparte, blanc raciste et homophobe ?
Afin de compléter la mondialisation, pour les mondialistes il faut anéantir la France grandiose, la France historique. Il faut disqualifier la France afin de la faire disparaître par ses Français...

Le 15 août dernier, c’était la Saint Napoléon. Personne ne s’en est préoccupé en dehors de quelques passionnés qui se sont scandalisés du silence officiel. C’était pourtant une Introduction
Mots clés : Napoléon Russie

MARDI 20 AOûT 2019
L’attaque d’un champ pétrolier saoudien éloigné du Yémen marque la fin de la guerre contre ce pays.
Toutes les guerres que les États-Unis et leurs alliés ont menées au Moyen-Orient contre l’Afghanistan (2001), l’Irak (2003), le Liban (2006), la Syrie (2011), l’Irak (2014) et le Yémen (2015) n’ont finalement abouties qu’à renforcer l’Iran et ses alliés. Il y aurait une leçon à en tirer. Mais je doute que le Borg de Washington DC ait la capacité de la comprendre.
Mots clés : Arabie Iran Ref Saoudite USA Yémen (Ref)

LUNDI 19 AOûT 2019
Le choix d’Israël pour la présidence des Etats-Unis
L’ancienne ambassadrice des Etats-Unis à l’ONU, Nikki Haley, est la politicienne la plus ardemment pro-sioniste du GOP («Grand Old Party», en français «Grand Vieux Parti», est le surnom du Parti Républicain des Etats-Unis) et certainement le choix d’Israël pour la présidence du pays.
Mots clés : 2020 Haley US USA israel président

DIMANCHE 18 AOûT 2019
La périlleuse pirouette géopolitique d’Erdogan
L’économie turque est dans une situation de plus en plus difficile depuis des mois, en particulier depuis l’échec de la tentative de coup d’État de juillet 2016. La dernière décision du président Recep Tayyip Erdoğan de congédier son chef de Banque centrale et de le remplacer par un loyaliste plus accommodant a déjà entraîné la plus importante réduction ponctuelle du taux Introduction
Mots clés : Erdogan Turquie économie

SAMEDI 17 AOûT 2019
L’unité politique face à l’effondrement social, clé du triomphe progressiste retentissant en Argentine
Les médias ont pour principe de parler de famine, de violence, etc.. sur les pays qui ne conviennent pas à leur milliardaire. Il en ainsi, du Venezuela et de l'Argentine. Argentine ou la droite a sabordé le pays, ruiné le peuple, pas un mot...
Mots clés : Argentine Venezuela medias

VENDREDI 16 AOûT 2019
Epstein, Schiappa, Taquet, quand Plic & Ploc prennent la pose.
Alors non, ce communiqué n’est rien d’autre qu’une misérable opération de communication estivale destinée à permettre à ses deux auteurs de prendre la pose. Et au passage au Garde des Sceaux et à l’USM d’essayer de se refaire une virginité.
Mots clés : Epstein USM justice


Articles précédents


Vite
» vu «

Découvrir ce que l'État souhaite cacher
Posté le Juillet 16, 2019     Par Robert Fisk
Le châtiment final de Julian Assange rappelle aux journalistes que leur travail est de découvrir ce que l’État souhaite dissimuler.
J’en ai un peu assez de la Loi sur l’espionnage américaine. D’ailleurs, j’en ai assez de la saga Julian Assange et Chelsea Manning depuis longtemps. Personne ne veut parler d’eux parce que personne ne semble les apprécier beaucoup – même ceux qui ont bénéficié de leurs révélations dans leur travail de journaliste.


L'OR américain...n'existe plus !
Posté le Juillet 11, 2019     Pendant ce temps, un peu comme sur la Route de la Soie originale, l’or a coulé des États-Unis vers la Chine. Les États-Unis prétendent toujours avoir les plus grandes réserves d’or sur terre sur le papier, mais les pays qui ont stocké leur or aux États-Unis et qui ont demandé qu’il le leur soit rendu ont été soit déboutés, soit forcés d’attendre, pour que leur l’or leur soit rendu. Il ne serait donc pas surprenant de découvrir, lorsque toutes les autres options seront épuisées et qu’il faudra ouvrir les chambres fortes où l’or est stocké, que l’or qu’elles sont censées contenir n’est plus là.


USA retrouve Huawei et découvre Tusli
Posté le Juillet 05, 2019     Au G20 le président américain n'a pas obtenu grand chose, ni d'Erdogan qui reste droit dans ses babouches ottomanes dans sa volonté d'acquérir les S-400 (on eût préféré, pour une fois, que Washington arrive à ses fins), ni des Chinois. Est-ce l'effet terres rares ? Les négociations commerciales reprennent, le Donald renonce à ajouter des tarifs douaniers sur 300 Mds de $ d'importations et autorise les compagnies high-tech US à vendre à nouveau leurs composants au géant chinois Huawei. De manière amusante, les journaux visiblement financés par Apple (par exemple le Figaro qui passe son temps à publier des articles à la gloire de la firme californienne) se sont bien gardés de rapporter la nouvelle...


Le ministère de la Propagande est connu sous le nom de « presse libre ».
Posté le Juin 30, 2019     Avant d'être publié, le New York Times a reconnu qu'il envoyait d'importantes contributions au gouvernement des États-Unis pour s'assurer que les «responsables de la sécurité nationale»(CIA) n'avaient «aucune inquiétude».
Pour nous, en France, pas besoin les journaleux sont tellement formatés qu'ils n'ont pas besoin de présenter leurs articles à la macronie.


Point par point, les irrégularités commises par le juge Moro et le procureur Dallagnol contre Lula
Posté le Juin 24, 2019     L’échange de messages entre l’ancien juge et actuel ministre de la Justice et de la Sécurité publique, Sergio Moro, le procureur Deltan Dallagnol, responsable de la Lava Jato, et d’autres membres de l’opération, ont confirmé les soupà§ons et les critiques selon lesquels l’ancien juge avait également agi comme enquêteur, bien qu’il fut juge dans ces affaires.


PageRank



    Les architectes de l’UE, les nazis et leurs collaborateurs ont conçu et bâti le Quatrième Reich.
Par Wayne Madsen

Source strategic-culture

Il y a un ...

     De Bilderberg au Brexit : l’histoire d’un échec annoncé

...Les architectes de l’UE, les nazis et leurs collaborateurs ont conçu et bâti le Quatrième Reich.

Par Wayne Madsen



Source strategic-culture



Il y a un vieil adage pertinent, concernant la fondation de l’Union européenne : «Si au début vous ne réussissez pas, essayez, essayez toujours». Pour les nazis et leurs collaborateurs de la Seconde Guerre mondiale, au vu des morts et des destructions provoquées en Europe par Adolf Hitler et son Troisième Reich, ainsi que pour l’alliance des fascistes italiens, des Français de Vichy, et d’autres, la décision immédiate a été d’essayer à nouveau avec une Union européenne qui installerait le même État super-européen envisagé par Hitler, mais avec une aura décidément démocratique.



La Communauté qui est finalement devenue l’Union européenne du charbon et de l’acier, a été formée par six pays d’Europe occidentale en 1951. L’organisation a été conçue par Robert Schuman, un homme politique français qui a prêté allégeance au maréchal Philippe Pétain, le leader français de Vichy et allié de l’ex-caporal allemand moustachu. Après guerre, Schuman a été dépouillé de ses droits politiques pour sa collaboration avec les Boches détestés. Cependant, le commandant de la France libre, le général Charles De Gaulle, a rétabli la pleine citoyenneté de Schuman, après quoi l’ancien collaborateur de Vichy se mit à créer une version modifiée du Troisième Reich, l’Union européenne. Et pour compléter son «Quatrième Reich-Lite», Schuman a préconisé une alliance militaire qui lui donnerait du muscle. C’était l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN). Après la guerre, Schuman a servi comme ministre des Affaires étrangères et Premier ministre français. Les collaborateurs de Schuman dans son plan pour créer une Europe fédérale étaient son compatriote français Jean Monnet, agent actif de l’OSS et de la CIA 1, et le chancelier allemand Konrad Adenauer, qui, en tant que maire de Cologne avant-guerre et président du Conseil d’État prussien, à fourni aux nazis divers avantages, y compris le droit de laisser flotter les drapeaux nazis sur les hampes de la ville de Cologne 2



Un autre père fondateur de l’Union européenne était Walter Hallstein, un avocat allemand qui appartenait à un certain nombre de groupes professionnels nazis et qui a combattu en tant que lieutenant dans un régiment d’artillerie de la Wehrmacht, dans le nord de la France. Hallstein a été capturé par les Américains et transféré dans un camp de prisonniers de guerre dans le Mississippi, jusqu’à la fin de la guerre. Les livres d’histoire occidentaux, ainsi que Wikipédia – toujours suspect – ont blanchi les fondateurs de l’UE comme Schuman, Adenauer et Hallstein de leurs relations avec les nazis.



Un autre partisan, défenseur d’une Europe fédérale embryonnaire au début des années 1950, était le Prince Bernhard de Lippe-Biesterfeld en Allemagne et plus tard aux Pays-Bas. Avant d’épouser la princesse héritière Juliana des Pays-Bas, Bernhard était membre du parti nazi en Allemagne et officier de la police montée de la SS. Il a également été membre du Corps motorisé des nazis. En 1940, les anciens copains de Bernhard à I.G. Farben, la société pétrochimique allemande, ainsi que le chef SS Heinrich Himmler, militaient auprès de Hitler pour une monnaie commune européenne, précurseur de l’euro d’aujourd’hui. Après la guerre, Bernhard a soutenu avec enthousiasme la création d’une Union européenne. Pour guider les plans d’une union future des nations européennes, en 1954, Bernhard a parrainé la première réunion des fédéralistes européens et de leurs alliés euro-atlantistes de l’OTAN à l’Hôtel Bilderberg aux Pays-Bas.



La conférence annuelle de Bilderberg a, depuis 1954, promu une Europe fédérale et plus généralement la mondialisation. Cependant, à l’instar des plans d’Adolf Hitler pour une Europe unie et un monde sous la domination de l’Axe, les plans de Bilderberg et ceux de leurs collègues de l’UE vont à l’encontre de la souveraineté nationale, des droits culturels, de la liberté d’expression, de la liberté de pensée et des droits des travailleurs. La conférence Bilderberg a également fait écho aux souhaits et aux désirs de l’OTAN et de la CIA, qui se sont toujours assurés de l’essaimage de leurs principaux agents dans les conférences annuelles. Les plans visant à intégrer l’Europe de l’Est dans l’UE ont d’abord été conçus en 1954 par le co-fondateur – avec le Prince Bernhard – de la conférence Bilderberg, Jozef Retinger, un membre du gouvernement polonais en exil à Londres pendant la guerre. Après celle-ci, Retinger est devenu un champion de premier plan de l’Europe unie. Son ordre du jour était tellement suspect au yeux de l’Armée nationale polonaise – la résistance clandestine polonaise pendant la guerre – que celle-ci a essayé de l’assassiner lors de sa visite secrète en Pologne.



Il est vraiment étonnant de voir autant de progressistes se lamenter du vote récent du Royaume-Uni pour quitter l’UE, une organisation fondée par des collaborateurs nazis et des agents d’influence de la CIA. Des fonctionnaires de l’UE tels que le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker – luxembourgeois comme Robert Schuman –, le président du Parlement européen Martin Schulz – allemand – et d’autres eurofédéralistes ont invoqué l’ancienne politique nazie de la punition collective pour exhorter l’UE à prendre des mesures draconiennes contre le retrait britannique. L’UE a même signalé que l’anglais ne serait plus une langue officielle de l’UE, même si elle reste la lingua franca la plus largement utilisée par des membres de l’UE comme Malte, l’Irlande et Chypre.



L’UE, en particulier depuis le traité de Maastricht qui a posé les bases d’une Europe plus fédérale, n’a jamais été très démocratique dans la mise en place de son super-État européen. La bureaucratie de Bruxelles, ignorante et détachée – les eurocrates – a dicté aux boulangers français la façon de faire des baguettes, aux producteurs laitiers grecs comment faire du fromage feta et aux brasseurs allemands comment faire de la bière.



Ceux qui défendent l’euro-pagaille de l’UE affirment que le vote du Royaume-Uni, le Brexit, est sans précédent. Cet argument est lui-aussi fallacieux. Le Royaume-Uni est le troisième pays de l’UE à manifester son désir de se retirer de l’organisation créée pour permettre un Quatrième Reich européen plus aimable et plus doux.



Le Groenland a voté deux fois pour quitter l’UE. Le premier vote a eu lieu lorsque le Danemark – son maître colonial – a rejoint l’UE en 1973. Lorsque le Groenland a finalisé les règles de son statut maison en 1979, il a tenu un autre référendum et le résultat a été le même : un non ferme et tranquille à l’adhésion à l’UE. La leçon du Groenland n’a pas été perdue pour l’Islande, qui, après son viol économique par les banquiers europhiles, a opté contre l’adhésion à l’UE.



En 2015, la Grèce a voté à plus de 60% le rejet des conditions prévues par l’UE pour conserver la Grèce dans la zone euro. Ce référendum a été un refus de facto de l’UE, qui a averti la Grèce que si elle rejetait les termes de l’austérité nécessaire pour rester dans la zone euro, cela équivaudrait à un retrait de l’UE. Le parti SYRIZA, ersatz de la gauche – créé par George Soros, le magnat provocateur des fonds spéculatifs, comme une alternative contrôlée aux communistes détestés – a de toute façon accepté les conditions économiques draconiennes de l’UE. (Sans oublier le vote "NON" des Français sur le Traité de Lisbonne, mais appliqué "démocratiquement" par les europhiles.)



Aujourd’hui, avec l’Allemagne dans le siège du conducteur et la Belgique, la Finlande, les pays baltes, la Roumanie, la Bulgarie et la Pologne, caniches obéissants des Allemands, l’UE ressemble à l’alliance de l’Axe du Troisième Reich. L’UE est complice de l’OTAN dans ses menaces militaires contre la Russie. L’agressivité militaire de l’OTAN dans l’Ukraine néo-nazie et sioniste, dépoussière les anciens plans de Hitler pour l’invasion de la Russie soviétique – l’Opération Barbarossa. Il n’y a rien d’étrange ou d’unique au sujet de l’alliance des néo-nazis et des sionistes à Kiev, et de leur soutien par l’Allemagne et les États-Unis. Tout cela s’est déjà produit le 25 août 1933, avec l’accord de transfert Haavara entre l’Allemagne nazie et les sionistes allemands, un accord qui garantissait la libre immigration des juifs allemands vers la Palestine, un acte qui a jeté les bases du futur État d’Israël. Pendant ce temps, les nazis étaient libres de s’occuper de la conquête de l’Europe de l’Est et de l’Union soviétique, avant d’appeler leurs amis allemands sionistes en Palestine pour les aider à vaincre les autorités du mandat britannique sur place.



Les dirigeants politiques anti-UE au Danemark, aux Pays-Bas, en France, en Espagne, en Grèce, en Italie, au Portugal, en Autriche,en Suède, en Hongrie, et même en Allemagne, comprennent qui a fondé l’UE et pourquoi. Les appels à de nouveaux référendums de sortie signifient que les jours du «quasi Quatrième Reich» du trio Schuman-Monnet-Adenauer sont comptés.



Wayne Madsen